Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Musique


Découvrez Bobby Hebb!

Derniers Commentaires

Recherche

Recommander

Mercredi 20 octobre 3 20 /10 /Oct 21:04

escalette.gif

 

Ce vin fut le vin que j'ai choisi pour mon mariage, c'est toujours un peu "spécial" d'en réouvrir une bouteille.

 

COTEAUX DU LANGUEDOC « terrasse du Larzac » - Domaine du pas de l’Escalette – Les Clapas rouge 2005 :

 

La robe est toujours d’un joli pourpre, elle n’a pas bougé.


Le nez dégage une sensation profonde de finesse. Il me fait penser à un joli panier de griotte. Il a aussi l’odeur du clafoutis aux cerises que faisait ma grand-mère. S’ajoute à ces réjouissances quelques notes de zan et des effluves presque imperceptibles de fleur. Le tout est accompagné d’une sensation balsamique qui dégage une sensation d’acidité.

 

La bouche est sensuelle avec une belle attaque fraiche. Le corps tendu, accompagné d’une belle acidité, s’installe sans insistance et dégage une minéralité certaine. Le vin s’avère tendue et dépose des tanins mur et de qualité en finale. Le vin se prolonge dans les amers des tanins.

 

Un vin élégant, doté d’une profondeur porté par une minéralité presque austère.

J’aime ce vin pour ces qualités certaines et pour ce qu’il représente. Subjectif ?

Par Loïck - Publié dans : Coteaux du Languedoc
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 19 septembre 7 19 /09 /Sep 18:15

Arbois - Domaine Stéphane Tissot - Savagnin 2005:

 

Couleur or, bien prononcée.

 

Le nez est puissant est typique: noix verte, épices, quelques notes de sous bois. Ce nez vineux est malgré tout assez monocorde.

 

La bouche est puissante bien marquée par les notes de noix verte. Elle se développe avec beaucoup de pureté et l'acidité sous jacente donne de l'éclat et de l'énergie à ce vin. L’ensemble ce tient parfaitement entre une matière concentrée et une acidité dynamique.

 

Un beau vin à l'oxydation ménagé, guidé par une acidité marquée mais bien maitrisée. Une très belle introduction aux vins oxydatifs. Il va faire merveille sur une tarte aux cèpes. Le savagnin, ça va bien.


 

Par Loïck - Publié dans : Vins de france
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 4 juillet 7 04 /07 /Juil 20:21

DSC06136.jpg

 

 

CHAMPAGNE - KRUG - Grande Cuvée:

Au premier abord le nez est marqué par l'iode et une minéralité insistante du plus bel effet. Le nez varie très vite et dévoile au fur et à mesure un panel de senteurs très varié. On perçoit de la noisette, un côté brioche chaude, du beurre frais, de la craie, des épices douces, et des agrumes. Une vraie symphonie de saveur qui transporte littéralement le dégustateur. Un grand nez.

Le vin caresse palais, bulle extra fine, une matière de velours avec beaucoup d'énergie qui lui confère un caractère racé. Une bouche qui possède un éclat impressionnant et une race impressionnante. La profondeur de la bouche et portée par une minéralité omniprésente, qui donne une légère austérité très « classe ».

Un grand vin sans aucun doute. Il ne bascule jamais dans le bling-bling. Un vrai grand champagne, qui retranscrit parfaitement son terroir. Bravo.

 

 


Par Loïck - Publié dans : Vins de france
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 13 juin 7 13 /06 /Juin 16:35

DSC05989.JPG

 

MOULIN A VENT – Domaine Foillard – Corcelette 2008 :

 

Robe violine un peu trouble (normal c’est nature et elle doit digérer son transport).

Nez gourmand et pur à la fois, trame sur la violette, la fraise écrasée, et quelques notes de zan. L’ensemble donne envi de s’y plonger et de s’en enivrer.

L’attaque en bouche est veloutée, fraiche et digeste. Le vin s’élargie pour offrir un vin au fruit intense et raffiné. Malgré tout il ne bascule jamais dans le « too much ». La droiture fait aussi parti de son monde.

Facile d’accès se vin se livre avec sérieux et plaisir.

 

 

COTEAUX DU LANGUEDOC – Domaine Peyre Rose – Rosé rouge 2002 :

 

Robe légèrement bruni, qui fait pensé un vin d’un vingtaine d’années.

Le nez lui aussi laisse présager à un vin âgé : vieux cuir, fruits cuits cire d’abeille et pruneau.

Les années paraissent peser sur lui.

Avec un peu d’air il se rachète une allure plus fraiche, avec quelques notes de menthe. 

La bouche déroule tranquillement un joli velouté. Il se rapproche plus d’un rouge que d’un rosé. Belle profondeur avec fraicheur et intensité.

La fin de bouche s’affaisse un peu.

Un vin intéressant par sa structure en bouche. Il a cependant pris un coup de vieux depuis la dernière fois. 

 

 

Par Loïck - Publié dans : Dégustations groupées et diverses
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 18 mai 2 18 /05 /Mai 19:24

Situé à 4H00 de Paris et seulement 1h00 de Beaune, le Jura est une magnifique terre d’accueil pour les Gastronomes. Récit d’un voyage fort en goût, au pays d’OLIF. 

Nous arrivons samedi matin aux alentours de 12H00 à Arbois.

 

HIRSINGER A ARBOIS:

Sans perdre une minute nous nous rendons chez Hirsinger.  300 grammes de chocolat après nous sommes dehors. Autant vous dire que la qualité de leurs produits est bien au delà de leurs réputations. Les desserts sont fins, légers, aux goûts parfaitement déssiné. Ce ne sont pas du genre à alourdir une fin de repas, mais plutôt à laisser une impression de légèreté et de plaisir à votre repas. Les chocolats sont à tomber de bonheur. Originaux et parfaitement maitrisé nous avons littéralement craqué pour leur ganache aux fruits de la passion. Un modèle de précision aromatique. J’ai été ébloui par cette maison, du bonheur à l’état pur et des prix raisonnable pour la qualité (environ 7.3€ les 100 gr.).

  

LA CREMERIE A ARBOIS:

Après cette première rencontre gustative nous cherchons à ravitailler nos estomacs déjà affamés. Nous tombons par hasard sur la Crémerie. Une boutique de produits régionaux qui fait table d’hôtes. Basé sur le principe de salade ou de tartine repas fait de produits locaux, la salle couleur locale nous donne envie d’y casser la croute.

J’opte pour une tartine à base de créme fraiche mélangée à de la moutarde à l’ancienne surplombée de tranche de Morteau, le tout gratiné à la cancoillotte. Une énorme tranche de pain de campagne remplie de Morteau m’arrive sous le nez. La bête ne me fait pas peur et je me régale de ce plat franc et gourmand pour 6.9€ seulement. Ça change des prix Parisien. Laetitia choisie l’option salade, qui elle aussi très copieuse est remplie de Morteau, de noix et de Comté. Addition à une 20aine d’euros pour 2 plats copieux, 2 bières du Jura et de café, franchement on s’est régalés !

 

Après avoir copieusement rempli nos estomacs nous partons direction Chateau-Chalon ou nous avons rendez-vous au domaine Jean Macle. On ne présente plus ce domaine spécialiste du « jaune ».

 

JEAN MACLE :
 

Nous sommes reçu à 14h30 par la fille de Jean Macle. Nous sommes seuls pour le moment mais rapidement nous sommes rejoins par 6 autres personnes. En fait, le domaine reçoit beaucoup et répond à toutes sollicitations. C’est tout à leur honneur quand on sait comment réagisse certains domaine qui n’ont même pas la réputation de celui-ci.

 

Quelques chiffres sur le domaine :
 

12 hecatres de vigne : 8 hectares chardonnay et 4 hectares de savagnin.
Le chardonnay sert exclusivement au Côte du Jura et au crémant. Le savagnin sert dans de petites proportions au Côte du Jura (15% de la constitution de celui-ci) et le reste au Château-Chalon. Les vignes de Château-Chalon sont cultivés au chenillard.

 


DSC05885.JPG 
 


Nous commençons la dégustation avec 2 côtes du Jura :

  

DOMAINE JEAN MACLE – Côte du Jura 2007:

Mis en bouteille depuis un mois. 85% de chardonnay, 15% de savagnin. 

Nez de curry, de noix fraiche, et d’amande. Le vin embaume complètement la pièce.

Enormément de présence en bouche, de belles notes de noix et une belle acidité intégrée. Une

bouche légèrement éthérée. 

Acidité marqué, mérite d’être attendu (20 ans selon la propriétaire…).

 

DOMAINE JEAN MACLE – Côte du Jura 2006:

Couleur plus ambré. Nez moins expressif, moins complexe.

Un vin plus ample, plus large avec toujours cette grande acidité.

Dans l’approche, je préfère le 2007 plus complexe te plus épuré.

 

Avant de vous parler de la dgustation des Château Chalon je vais vous éclairer sur 2 points :


  • Un Château Chalon doit vieillir au minimum 6 ans et 3 mois en fûts de 228 litres
  • Ils sont embouteillés dans des contenants de 62.5 cl car 1 litre de vin après vendange donne 62.5 cl après le vieillissement nécessaire.

 

DOMAINE JEAN MACLE – Château Chalon 2003:

Nez très fin ,puissant, parait en place et exprime la noisette la noix fraiche et un côté réglissé.

A l’aération le panel des fruits secs est complété par des notes d’amande. 

La bouche est fine, épicée, longue et saline.

Un grosse claque tant se vin est droit et pur.

Un grand vin.


 
DSC05874.JPG
 


DOMAINE JEAN MACLE – Château Chalon 2002:

Un nez plus expressif que le précédent, il se livre sur une trame très épicée. On retrouve bien

entendu des notes de noix mais aussi une grosse minéralité.

La bouche est plus ample que la précédente avec du corps et une acidité parfaitement intégrée.

Une magnifique puissance aromatique.

  

Nous terminons par une douceur sucrée :

 

DOMAINE JEAN MACLE – MACVIN du JURA:

Un nez sur le raisin sec, les fruits à l’eau de vie et le pruneaux.  On perçoit enfin des notes

rafraichissantes de menthe et d’épices.

La bouche possède beaucoup de rondeur, et est énormément marqué par la cannelle. On

retrouve les notes de menthe qui confère beaucoup de fraicheur à cette bouche.

Une expérience intéressante.

 

 

DSC05891.jpg

 


Un domaine qui maitrise à merveille les oxydatifs, du « simple » Côte du Jura au Château Chalon, le domaine émerveille par sa maitrise de la pureté aromatique et par la précision des vins en bouche. Ce domaine en bio depuis la nuit des temps fait un gros travail à la vigne. Peu interventionniste, ils sont au panthéon des grands de France, grâce à des vins qui peuvent quasiment tenir 1 siècle ! Quand on connait le prix de vente au domaine des cuvées (12€ pour le Cote du Jura et 33€ pour Château Chalon) et la simplicité et l’amabilité que la famille Macle a à recevoir au domaine, ça laisse rêveur…

 

En partant de chez Macle,  nous faisons un détour par Poligny et la fromagerie / Charcuterie / Cave à vins Essencia.

 

ESSENCIA :

 

Au tant vous dire que c’est la caverne d’Ali Baba pour tout bon épicurien qui se respecte ! Charcuteries locales, fromages affinés, et superbe cave à vins : le cocktail détonant d’un belle boutique aux tarifs sages. La cave est fort bien fournie des meilleurs vignerons locaux : Ganevat, Houillon / Overnoy, Macle…mais aussi Metras, Jamet, et une très belle gamme de liquoreux. Nous repartons les bras chargés de bouteilles (Ganevat, Houillon…) de fromages et de charcuteries : carton plein ! Un lieu IN-CON-TOUR-NABLE !

 

Nous reprenons la route pour enfin poser nos bagages dans notre chambre d’hôtes d’Arbois.

  

LA CLOSERIE DES CAPUCINES :


Un accueil glaciale dans un lieu magnifique. Tout est résumé. L’endroit est superbe, décoré avec goût. Mais l’accueil et la relation client est loin d’être le fort de la maitresse des lieux. On a eu la forte impression de la déranger… nous avons été mal à l’aise tout notre séjour. Je déconseille donc cet endroit, dommage car l’architecture intérieure vaut le détour.

 

 Bon an mal an nous oublions rapidement cela pour nous plonger dans notre diner chez JEUNET.



RESTAURANT JEAN-PAUL JEUNET :

Nous ne pouvions passer par Arbois sans aller chez JP Jeunet, l’institution culinaire Jurassienne !
Petite salle cosy, service et accueil très agréable.

Nous commençons notre soirée par un verre de crémant de chez Rollet, « cœur de chardonnay ». Un poil ample et dosé à mon goût mais somme toute agréable.

Sans hésiter  nous choisissons le menu « Symphonie des Parfums ». D’un commun accord avec le sommelier nous décidons de l’accompagner d’un
Chardonnay 2004 de chez Pierre Overnoy, que le sommelier me décrit comme une grande bouteille.

 

 

DSC05912.JPG



Pour moi, c’est la première rencontre avec ce vin. Première rencontre et premier choc. Ce vin se présente sous les meilleurs hospices : un nez pur, minéral, droit, sans déviance (o souffre dans ce vin). La bouche est ample, elle aussi droite, l’acidité intégré confère beaucoup d’énergie au vin. Sans aucun doute un grand vin, parfaitement maitrisé.


Voici le menu choisi :

 

Pressé de foie gras & joue de porc aux trompettes,

Poires de terre et jésus de Morteau,

Gelée de vin de paille

 &&&

Ecrevisses, artichaud poivrade & vin jaune,

Les queues en salades sur une mousseline de Macau,

Croquant noisettes toréfiées

&&&

Truffes & rattes des sables,

En nuance de textures & saveurs

&&&

Coquilles saint-jacques, polenta au lard de cul noir,

Tuile de corail & jus de réglisse des bois

&&&

Sorbet au vin jaune et garam massala

&&&

Flanc de pigeon, sucrine & coppa,

Galette de sarrasin et lait d’amandes

&&&

Fromages

&&&

Morilles, genièvre & chicorée,

En moelleux, en confit, glace aux baies de genièvre,

Crémeux & croquant à la chicorée 

 

Un repas de haute vollée, avec un quasi orgasme pour l’entrée aux truffes, qui était à se taper le cul par terre. Un grand moment gourmant. Dommage que les fromages et le dessert n’est pas étaient à la hauteur du reste, car nous sommes restés sur un note mitigé. Mais dans l’ensemble un repas magnifique et un restaurant dans lequel  nous retournerons avec plaisir.

 

Après diverses aventures gourmandes nous remettons le cap sur la région parisienne.
Nous avons adorés cette terre de rêve pour épicurien : de grands vins de terroirs à des prix très attractifs, des charcuteries et des fromages sublimes, des chocolats à se damner…bref un grand moment gourmand.
Nous y retournerons un peu plus tard dans l’année pour éviter les week end pluvieux!

Par Loïck - Publié dans : Visites de domaines
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 20 mars 6 20 /03 /Mars 12:42

DSC05872.JPG


AOC VALAIS – Domaine
  John et Mike Favre – Petite Arvine 2008 :

 

Si ma mémoire est bonne c’est la première fois que je « taste » un vin Suisse. Mieux vaut tard que jamais pour un dépucelage Helvète.

Robe claire, cristalline.

Le 1er nez me fait penser à un sancerre : notes de citron,  de buis et soupçon minérale.

Le verre se fait moins étriqué et laisse apparaître des notes exotiques de fruit de la passion. La minéralité reprendre vite ses droits et marque de son empreinte ce vin. L’ensemble semble très jeune, un poil étriqué en l’état.

Dés le premier contact le vin  se montre serré et étriqué. L’attaque est tranchante, mais comme le nez, la bouche possède une touche exotique.  Le vin se développe avec une touche de rondeur qui adoucit  l’acidité et rend l’ensemble moins strict. La finale possède un soupçon d’acidité mais manque me semble t’il d’énergie. Cependant, une légère astringence minérale en fin de bouche permet de terminer sur une bonne note.

Un joli vin net, propre dont l’expression (trop simple) et la construction manque de profondeur. Il peut être intéressant de le regouter dans quelque temps pour juger de son potentiel à l ‘évolution.

Par Loïck - Publié dans : Vins du monde
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 16 mars 2 16 /03 /Mars 15:28

Paf car Ganevat à chaque fois que j’en bois ça fait mouche !

CREMANT DU JURA – Domaine Ganevat – Brut :

Robe limpide, or.

Nez sur les épices , les fruits jaunes et le beurre frais. A l’ouverture s’ajoute à cela des fragrances minérales très distinguée. Le dans son ensemble est puissant avec une belle dose de complexité.

Attaque sur le fruit, bulles abondantes. A l’aération les plus bulles s’estompent petit à petit. La bouche est droite, élancée et dotée d’une belle fraicheur. La bulle ajoute sa dose de vivacité et de dynamisme. L’ensemble est très agréable et nous ingurgitons a vitesse grand V ce joli breuvage.

Parfaite tenue d’ensemble pour ce crémant doté d’une magnifique fraicheur. Il remplit parfaitement les qualités apéritives d’une belle bulle fraiche et fine. Ne le limitons pas à cela car il peut gracieusement  se fondre sur un repas. ET PAF !

Dire que dans 3 semaines je vais à Arbois....top slurp miam glou.

Par Loïck - Publié dans : Vins de france
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 8 mars 1 08 /03 /Mars 11:18

MACON-CRUZILLE – Domaine Guillot-Broux – Beaumont 2005 :

J’ai eu l’occasion de gouter les blancs de ce domaine à plusieurs reprises. Ce sont des modèles de droiture et d’élégance sur fond de terroir. Ce gamay m’a été vendu comme un gamay puissant  et vineux.

Dés l’ouverture le nez est très avenant. Fortes expressions, plusieurs saveurs se mélangent : viande fraiche, baies sauvages et noyau de cerise. L’ensemble est puissant avec une pointe d’alcool . Il n’en reste pas moins bien défini avec côté mur et séducteur.

La bouche est fraiche d’entrée de jeu. Le fruit en bouche parait pur, accompagné d’une belle acidité. Il est élancé, droit et facile en même temps. Le milieu de bouche prend de la matière et s’accompagne de tanins bien présents. Ils donnent de la volupté à l’ensemble. La bouche se termine sur une belle acidité qui apporte fraicheur et longueur.

Un vin qui mêle plaisir, fraicheur et pureté  pour un ensemble complet et homogène. Très agréable en l’état, un vin qui parait « trop facile » qui « montre un peu son cul » mais le millésime n’y est sans doute pas pour rien ! Y a pas de honte à prendre du plaisir ;-))

Par Loïck - Publié dans : Vins de france
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 28 février 7 28 /02 /Fév 17:57

Pour accompagner une magnifique noix d’entrecôte de bœuf wagyu, il ne faut pas se louper et proposer à cette rarissime viande un compagnon de choix.

 
DSC05854.JPG
 

 

Cette pièce de bœuf achetée chez Yves-Marie Le Bourdonnec au couteau d’argent à Asniéres, succède à une sublime côte de bœuf dont seul lui à la recette. Une puissance d’aromes et une tendresse à se damner. Nous l’avons accompagné du second vin de château Laffite (carruades). Un pauillac 1996, aristocrate à souhait, qui ne délaisse en rien ces origines. Vin élégant, fin, très belle acidité. Franchement apprécié par toute la table.
Lui a succédé un beau Languedoc, qui lui roule les R. Valiniére 2005 du domaine Léon Barral. Profond, puissant, tanins légèrement confits. Beaucoup de fraîcheur dans les aromes. Bel équilibre.

 


DSC05857.JPG 
 

Revenons à nos moutons, ou plutôt à notre bœuf. Il aura pour compagnon. La cuvée le pradel 2004 du domaine la terrasse d’Elise. J’ai découvert ce domaine il y a maintenant 6 ans.

Ce pur cinsault, présente un nez de fruits à l’alcool, très terrien. Il s’accompagne de fragrances épicées. Nez profond, atypique, qui n’est pas sans rappeler celui du Vacqueyras château des tours 2002, ou celui des Adrès 2005 du domaine du Trapadis.

La robe est très claire, légèrement orangé.

Bouche fraiche, fruit pur, bouche droite, finement saline. Le vin possède une très belle âme et une expression élégante. Il est construit sur la longueur et non pas sur la largeur. Cela lui va à ravir.

Ce vin démontre une nouvelle fois l’intérêt du cinsault, qui allie finesse et fraicheur dans une région qui en a besoin. Magnifique cuvée, bravo !

 

Par Loïck - Publié dans : Bonnes adresses
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 24 février 3 24 /02 /Fév 19:57

On ou on aime pas. Venise,  c’est sur, ne pas laissé indifférent. Si particulière, si singulière. 
 

Notre court séjour fut l’occasion de quelques belles prises de vues, et de belles découvertes gastronomiques, a suivre…

DSC05641.JPG

 

Le grand canal




DSC05780.JPG 
 Le grand canal toujours, mais sous le soleil



 

 DSC05792.JPG
 Le grand canal une nouvelle fois avec les fameuses gondoles




DSC05673.JPG
Les gondoles en stationnement, et les iles de la lagune en fond




DSC05799.JPG
Une vue prise sur le grand canal, les merveilles sont légions




DSC05782.JPG
Le pont du rialto




DSC05778.JPG
Le marché du rialto vu du grand canal




DSC05646.jpg 
 Sans doute le plus beau marché que j'ai eu l'occasion de voir pour les fruits, légumes et....




DSC05659.JPG 
 ...surtout les poissons et les coquillages, une splendeur!




DSC05657.JPG
 Des produits frais de toute beauté dans un lieu magnifique: Vongole (pour les fameuses pâtes), st jacques, moeche (crabe)...magique!





Côté vin, nous avons dégusté un très vin du frioule / Vénétie: un assemblage du tocai friulano (cépage local) et de malvoisie, du domaine I Calvi (Ferdinando Zanusso). Un millésime 2002 vineux, précis, minéral et très salin en fin de bouche. Merci au restaurant VINO DA GIGIO de nous avoir fait découvrir ce magnifique cru.

Nous avons dégusté d'autre Tocai Friulano qui étaient bons, mais moins intéréssants que le précédent. Notamment au restaurant LA CANTINA, joli bar à vin à l'excellent charcuterie.

D'ailleurs en parlant de charcuterie si vous passez par Venise rendez-vous dans la boutique DA LORENZO, ces charcuteris sont sublimes: Lardo di Colonata, grande pancetta, sublime San Daniele Riserva...

Pour terminer, nous avons pris un grand bol d'air frais et de gourmandise avec un Moscato d'Asti 2009 de chez Saracco. Gourmand, frais et tonique, un régal simple et jouissif. Acheté à l'Enoteca Drogheria Mascari, une mine d'or pour les vins. J'y ai d'ailleurs acheté un vin sicilien du domaine Tenute delle terre nere. Vigne préphylloxérique (dont certaines de 150 ans) à 900 mètres sur l'Etna...à suivre!
 

 

Par Loïck - Publié dans : Gastronomie Méditerranéenne
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Ce blog

Le vin en images

overblog

Flux

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés