Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Musique


Découvrez Bobby Hebb!

Derniers Commentaires

Rechercher

Recommander

Situé à 4H00 de Paris et seulement 1h00 de Beaune, le Jura est une magnifique terre d’accueil pour les Gastronomes. Récit d’un voyage fort en goût, au pays d’OLIF. 

Nous arrivons samedi matin aux alentours de 12H00 à Arbois.

 

HIRSINGER A ARBOIS:

Sans perdre une minute nous nous rendons chez Hirsinger.  300 grammes de chocolat après nous sommes dehors. Autant vous dire que la qualité de leurs produits est bien au delà de leurs réputations. Les desserts sont fins, légers, aux goûts parfaitement déssiné. Ce ne sont pas du genre à alourdir une fin de repas, mais plutôt à laisser une impression de légèreté et de plaisir à votre repas. Les chocolats sont à tomber de bonheur. Originaux et parfaitement maitrisé nous avons littéralement craqué pour leur ganache aux fruits de la passion. Un modèle de précision aromatique. J’ai été ébloui par cette maison, du bonheur à l’état pur et des prix raisonnable pour la qualité (environ 7.3€ les 100 gr.).

  

LA CREMERIE A ARBOIS:

Après cette première rencontre gustative nous cherchons à ravitailler nos estomacs déjà affamés. Nous tombons par hasard sur la Crémerie. Une boutique de produits régionaux qui fait table d’hôtes. Basé sur le principe de salade ou de tartine repas fait de produits locaux, la salle couleur locale nous donne envie d’y casser la croute.

J’opte pour une tartine à base de créme fraiche mélangée à de la moutarde à l’ancienne surplombée de tranche de Morteau, le tout gratiné à la cancoillotte. Une énorme tranche de pain de campagne remplie de Morteau m’arrive sous le nez. La bête ne me fait pas peur et je me régale de ce plat franc et gourmand pour 6.9€ seulement. Ça change des prix Parisien. Laetitia choisie l’option salade, qui elle aussi très copieuse est remplie de Morteau, de noix et de Comté. Addition à une 20aine d’euros pour 2 plats copieux, 2 bières du Jura et de café, franchement on s’est régalés !

 

Après avoir copieusement rempli nos estomacs nous partons direction Chateau-Chalon ou nous avons rendez-vous au domaine Jean Macle. On ne présente plus ce domaine spécialiste du « jaune ».

 

JEAN MACLE :
 

Nous sommes reçu à 14h30 par la fille de Jean Macle. Nous sommes seuls pour le moment mais rapidement nous sommes rejoins par 6 autres personnes. En fait, le domaine reçoit beaucoup et répond à toutes sollicitations. C’est tout à leur honneur quand on sait comment réagisse certains domaine qui n’ont même pas la réputation de celui-ci.

 

Quelques chiffres sur le domaine :
 

12 hecatres de vigne : 8 hectares chardonnay et 4 hectares de savagnin.
Le chardonnay sert exclusivement au Côte du Jura et au crémant. Le savagnin sert dans de petites proportions au Côte du Jura (15% de la constitution de celui-ci) et le reste au Château-Chalon. Les vignes de Château-Chalon sont cultivés au chenillard.

 


DSC05885.JPG 
 


Nous commençons la dégustation avec 2 côtes du Jura :

  

DOMAINE JEAN MACLE – Côte du Jura 2007:

Mis en bouteille depuis un mois. 85% de chardonnay, 15% de savagnin. 

Nez de curry, de noix fraiche, et d’amande. Le vin embaume complètement la pièce.

Enormément de présence en bouche, de belles notes de noix et une belle acidité intégrée. Une

bouche légèrement éthérée. 

Acidité marqué, mérite d’être attendu (20 ans selon la propriétaire…).

 

DOMAINE JEAN MACLE – Côte du Jura 2006:

Couleur plus ambré. Nez moins expressif, moins complexe.

Un vin plus ample, plus large avec toujours cette grande acidité.

Dans l’approche, je préfère le 2007 plus complexe te plus épuré.

 

Avant de vous parler de la dgustation des Château Chalon je vais vous éclairer sur 2 points :


  • Un Château Chalon doit vieillir au minimum 6 ans et 3 mois en fûts de 228 litres
  • Ils sont embouteillés dans des contenants de 62.5 cl car 1 litre de vin après vendange donne 62.5 cl après le vieillissement nécessaire.

 

DOMAINE JEAN MACLE – Château Chalon 2003:

Nez très fin ,puissant, parait en place et exprime la noisette la noix fraiche et un côté réglissé.

A l’aération le panel des fruits secs est complété par des notes d’amande. 

La bouche est fine, épicée, longue et saline.

Un grosse claque tant se vin est droit et pur.

Un grand vin.


 
DSC05874.JPG
 


DOMAINE JEAN MACLE – Château Chalon 2002:

Un nez plus expressif que le précédent, il se livre sur une trame très épicée. On retrouve bien

entendu des notes de noix mais aussi une grosse minéralité.

La bouche est plus ample que la précédente avec du corps et une acidité parfaitement intégrée.

Une magnifique puissance aromatique.

  

Nous terminons par une douceur sucrée :

 

DOMAINE JEAN MACLE – MACVIN du JURA:

Un nez sur le raisin sec, les fruits à l’eau de vie et le pruneaux.  On perçoit enfin des notes

rafraichissantes de menthe et d’épices.

La bouche possède beaucoup de rondeur, et est énormément marqué par la cannelle. On

retrouve les notes de menthe qui confère beaucoup de fraicheur à cette bouche.

Une expérience intéressante.

 

 

DSC05891.jpg

 


Un domaine qui maitrise à merveille les oxydatifs, du « simple » Côte du Jura au Château Chalon, le domaine émerveille par sa maitrise de la pureté aromatique et par la précision des vins en bouche. Ce domaine en bio depuis la nuit des temps fait un gros travail à la vigne. Peu interventionniste, ils sont au panthéon des grands de France, grâce à des vins qui peuvent quasiment tenir 1 siècle ! Quand on connait le prix de vente au domaine des cuvées (12€ pour le Cote du Jura et 33€ pour Château Chalon) et la simplicité et l’amabilité que la famille Macle a à recevoir au domaine, ça laisse rêveur…

 

En partant de chez Macle,  nous faisons un détour par Poligny et la fromagerie / Charcuterie / Cave à vins Essencia.

 

ESSENCIA :

 

Au tant vous dire que c’est la caverne d’Ali Baba pour tout bon épicurien qui se respecte ! Charcuteries locales, fromages affinés, et superbe cave à vins : le cocktail détonant d’un belle boutique aux tarifs sages. La cave est fort bien fournie des meilleurs vignerons locaux : Ganevat, Houillon / Overnoy, Macle…mais aussi Metras, Jamet, et une très belle gamme de liquoreux. Nous repartons les bras chargés de bouteilles (Ganevat, Houillon…) de fromages et de charcuteries : carton plein ! Un lieu IN-CON-TOUR-NABLE !

 

Nous reprenons la route pour enfin poser nos bagages dans notre chambre d’hôtes d’Arbois.

  

LA CLOSERIE DES CAPUCINES :


Un accueil glaciale dans un lieu magnifique. Tout est résumé. L’endroit est superbe, décoré avec goût. Mais l’accueil et la relation client est loin d’être le fort de la maitresse des lieux. On a eu la forte impression de la déranger… nous avons été mal à l’aise tout notre séjour. Je déconseille donc cet endroit, dommage car l’architecture intérieure vaut le détour.

 

 Bon an mal an nous oublions rapidement cela pour nous plonger dans notre diner chez JEUNET.



RESTAURANT JEAN-PAUL JEUNET :

Nous ne pouvions passer par Arbois sans aller chez JP Jeunet, l’institution culinaire Jurassienne !
Petite salle cosy, service et accueil très agréable.

Nous commençons notre soirée par un verre de crémant de chez Rollet, « cœur de chardonnay ». Un poil ample et dosé à mon goût mais somme toute agréable.

Sans hésiter  nous choisissons le menu « Symphonie des Parfums ». D’un commun accord avec le sommelier nous décidons de l’accompagner d’un
Chardonnay 2004 de chez Pierre Overnoy, que le sommelier me décrit comme une grande bouteille.

 

 

DSC05912.JPG



Pour moi, c’est la première rencontre avec ce vin. Première rencontre et premier choc. Ce vin se présente sous les meilleurs hospices : un nez pur, minéral, droit, sans déviance (o souffre dans ce vin). La bouche est ample, elle aussi droite, l’acidité intégré confère beaucoup d’énergie au vin. Sans aucun doute un grand vin, parfaitement maitrisé.


Voici le menu choisi :

 

Pressé de foie gras & joue de porc aux trompettes,

Poires de terre et jésus de Morteau,

Gelée de vin de paille

 &&&

Ecrevisses, artichaud poivrade & vin jaune,

Les queues en salades sur une mousseline de Macau,

Croquant noisettes toréfiées

&&&

Truffes & rattes des sables,

En nuance de textures & saveurs

&&&

Coquilles saint-jacques, polenta au lard de cul noir,

Tuile de corail & jus de réglisse des bois

&&&

Sorbet au vin jaune et garam massala

&&&

Flanc de pigeon, sucrine & coppa,

Galette de sarrasin et lait d’amandes

&&&

Fromages

&&&

Morilles, genièvre & chicorée,

En moelleux, en confit, glace aux baies de genièvre,

Crémeux & croquant à la chicorée 

 

Un repas de haute vollée, avec un quasi orgasme pour l’entrée aux truffes, qui était à se taper le cul par terre. Un grand moment gourmant. Dommage que les fromages et le dessert n’est pas étaient à la hauteur du reste, car nous sommes restés sur un note mitigé. Mais dans l’ensemble un repas magnifique et un restaurant dans lequel  nous retournerons avec plaisir.

 

Après diverses aventures gourmandes nous remettons le cap sur la région parisienne.
Nous avons adorés cette terre de rêve pour épicurien : de grands vins de terroirs à des prix très attractifs, des charcuteries et des fromages sublimes, des chocolats à se damner…bref un grand moment gourmand.
Nous y retournerons un peu plus tard dans l’année pour éviter les week end pluvieux!

Retour à l'accueil

Ce blog

Le vin en images

  • le-vin03136.jpg
  • le-vin03557.jpg

overblog

Flux

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés