Visite au clos du Tue-Boeuf

Publié le par Loïck



Nous sommes reçu au domaine, prés d’Orléans, par Jean-Marie Puzelat. Il gère avec son frère Thierry ce domaine adepte du bio.

Ils réalisent une série de vins dynamique et originaux, principalement représentée par des vins blancs.

 

 

Frileuse 2007 :

Assemblage à parts égales de chardonnay et de sauvignon.

Nez exotique, de fruits mûrs et de buis.

Bouche droite, tendue et vive avec un soupçon de gras.

Très belle tension minérale.

Magnifique équilibre.

 




Buisson pouilleux 2007 :

100% sauvignon.
Nez citronné, de buis, ananas sec, bonbon anglais. Typé sauvignon, mais original.
Bouche aromatique, fine, typé sauvignon mais classe.

Un vin contenu au profil tranchant et à la tension affirmée.


« Vin blanc » (chardonnay)  2007 :

Nez de guimauve, de mirabelle et de brioche. C’est intense, on perçoit de la maturité.

Attaque acidulée, de la rondeur maîtrisée par une acidité sous-jacente. 


 


Brin de chèvre 2004 :

100% menu pineau.
Nez de cardamome, de pomme tatin. Un poil too much à mon goût.
De la rondeur et du gras. L’acidité ressort en fin de bouche.
Plus dense que le précédents. 


 
Frileuse 2006 :

Nez peu expressif. Quelques notes de fruits mûrs.
Attaque ronde, bouche moelleuse.
Il reste du résiduel mais l’ensemble se tient.



Touraine 2007 :
 

Arômes de buis, de cactus, et de mine de crayon.

Vin franc et massif.

Un vin de copain à boire sans soif.

 

« Vin blanc » (pinot gris)  2007 :

Nez de pomme au caramel et de poire fraîche.
Attaque ronde, vin riche mais sans excès. Acidité intégrée au gras.
Belle définition d’ensemble.


Vin nouveau du Tue-Bœuf  2007 :

100% gamay.
Nez très gamay : fraise, cerise et épices.
Souple et gouleyant en attaque. Un poil de gaz.
Fait penser à du jus de raisin.
Simple, léger un vin de soif et de cochonnailles.


Guillerie 2007 :

2/3 de côt et 1/3 de gamay.
Un peu réduit au nez, il délivre des arômes de roche brûlée et des senteurs animales.
Attaque net. Vin fin, élégant.
De la dentelle et de la fluidité, très peu de tanins.
Un vin au naturel bluffant.


Cheverny rouge  – La gravotte 2007 :

100% pinot noir.
Nez minéral, réduit. Il s’ouvre peu à peu pour livrer un trame fine : griotte, épices.
Frais, léger, quelques tanins en finale. Du fruit et de la vivacité.
On ressent bien la personnalité du pinot.
Comme son prédécesseur ce vin  bluffe par son naturel d’expression et par son homogénéité.
Bravo !





Une série de 2007 (ré)jouissante. La tension des 2007 est splendide et ces vins possèdent une originalité et un naturel d’expression peu commun.
Ils ont la qualité de laisser un palais frais et égayé.
N’hésitez pas à en acheter (ICI), d’autant plus que les tarifs oscillent entre 7€ et 12€ (moyenne à 9.5€).
Bravo aux frères Puzelat. Qu’ils continuent à nous vivifier grâce à leurs vins fringants.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Vins de france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Baraou 16/03/2009 17:21

Tue-Boeuf ça se boit et c'est bon ! Maud et Ration aussi.