Les vins du Pic Saint Loup: équilibre et garde

Publié le par Loïck

24/05/06 Encore une dégustation aux crus du soleil.

Voici une superbe dégustation de vins du pic saint loup. Il a vraiment le vent en poupe ce pic ! Aujourd’hui très prisés les vins du pic saint loup on vu leurs prix s’envoler ces derniers temps : il faut compter 10€ pour une entrée de gamme, 20€ pour les plus jolies cuvées et 40€ pour les cuvées d’exception.

Le pic saint loup offre un terroir d’exception aujourd’hui en languedoc. Terroir atypique et frais il offre de magnifique coteaux en altitude (le pic culmine à 658 mètres). Cette typicité permet aujourd’hui de produire des vins fins, élégants et de garde.
Les trois principaux cépages sont : le grenache, le Carignan et le mourvédre.

 

 

 

 
 

Coteaux du Languedoc - Clos Marie - l’olivette 2004 :

Elevage dans des barriques de plusieurs vins à 1/3, le reste se faisant en cuve.
Robe claire à la teinte rubis.
Le nez, puissant, mêle fruits rouges et senteurs animales.
Attaque et fluide, le développement en bouche et la finale sont tannique.
Le vin est dur à ce stade.


Coteaux du Languedoc – Château de Cazeneuve - Calcaies 2004 :

Robe plus évoluée que l’olivette.
Le nez guère intense, se compose de notes animales principalement.
Plus suave que l’olivette, il offre en bouche des notes très agréables de cerise.
C’est vin simple et franc qui possède un belle finesse.

Coteaux du Languedoc – Mas Bruguiére – l’Arbouse 2004 :

Robe claire et translucide
Encore réduit au nez, on perçoit des notes de fraise.
Attaque douce et fine. Les tannins sont polissés et la finale délivre une belle amertume.
Bon vin de soif.

Coteaux du Languedoc – Mas Foulaquier – l’Orphée 2004 :

60% de grenache
Robe sombre, violine.
Chocolat, framboise, bonbon réglisse, le nez est très avenant.
Le suave, très rond. Grande gourmandise. La longueur affirme des notes acidulées.
Vin gourmand à boire jeune.

Coteaux du Languedoc – Clos Marie – Simon 2002 :

La teinte de la robe est profonde, sombre et noire.
Le nez s’exprime sur une trame fruitée élégante, avec notamment des aromes de figue. Vient s’ajouter à cela la touche typique du grenache, à savoir le chocolat.
La bouche profonde, la trame tannique dense et serrée. Le vin possède un joli moelleux en milieu de bouche. Le tout entrelacé d’une superbe finesse. Bref, c’est splendide. Pour moi cette cuvée et le meilleur rapport qualité/prix du clos marie.

Coteaux du Languedoc – Château de Cazeneuve – Roc des mates 2003 :

80% de syrah.
Robe pourpre très profonde.
Nez envoûtant et très complexe : fruits rouges, garrigue, olive noire. Le bouquet est raiment ce que l’on attend d’un vin méditerranéen.
Le vin est fondu avec belle trame tannique qui donne de la profondeur à l’ensemble.
Un vin équilibré et pulpeux qui mérite le détour.

Coteaux du Languedoc – Mas Morties – Jamais content 2002 :

60% syrah, 30% mourvédre, 10% grenache
Robe noire, sans concession.
Nez fermé, qui laisse s’échapper des senteurs d’olive et boisées.
Attaque puissante, qui laisse place à une grosse matière. Le vin est tannique est opulent.
L’ensemble est austére.

Coteaux du Languedoc – Mas Foulaquier – Les calades 2003 :

70%syrah, 30% grenache
Robe qui possède des contours orangés.
Le nez développe des aromes de fruits rouges, de bonbon, de pruneau à l’eau de vie.
Attaque aromatique, ronde, sur le fruit. La bouche est suave et bien équilibré.
Vin très agréable mais à boire.

Coteaux du Languedoc – Mas Bruguiére – Grenadière 1998 :

Robe un peu évoluée, mais rien d’alarmant.
Le vin est animal au nez.
Attaque souple, fondue. Les tannins assèchent et le vin est dissocié à mon sens.
A dépassé son apogée.

Coteaux du Languedoc – Château de Cazeneuve – Roc des mates 1996 :

Robe brique très évoluée.
Comme le 2003 le nez s’avère complexe : olive, animale, fût, réglisse.
Le vin est encore là ! Belle trame tannique, possédant beaucoup de finesse. Le vin est aromatique en bouche et se prolonge sur les agrumes et les fruits rouges.
Belle surprise.

Coteaux du Languedoc – Clos Marie – Les métairies du clos 2000 :

Assemblage des 5 cépages des coteaux du Languedoc.
Robe rubis, profonde.
Nez fermé : un peu de réglisse et un peu d’alcool.
Bouche dure, austère, peu expressive.
A revoir plus tard

Coteaux du Languedoc – Château de Cazeneuve – Le sang du calvaire 1998 :

100% syrah.
Robe évoluée, mais légèrement. 
 

Cazeneuve fait décidément du potentiel aromatique de ses vins une spécialité ! 

 

Le nez  est magnifique : musc, olive noire, fumée, violette, la grande classe. 

 

Le vin en bouche est très élégant. Les tannins sont toujours présents, et sont partiellement fondus. Le vin se termine tout en fraîcheur tendue.
Chapeau !

 

 

 

 

J’ai été vraiment surpris par les vins d’André Leenhardt : gamme homogène et de haut niveau.

 

Simon reste mon coup de cœur, et je suis toujours autant septique devant les métairies du clos.

 

Commenter cet article