Tirecul La Gravière - Un écrin pour madame.

Publié le par Loïck



Mercredi 6 mai.


Une fin d’après midi radieuse à Montbazillac ! Nous arrivons au domaine vers 16h00. La vue est magnifique, la maison et le chai ne sont pas en reste.
Eric Bernardin, célèbre bloggeur, nous accueille pour nous faire partager la magie de Tirecul. Il est, depuis quelques temps, employé au domaine et peut assouvir sa passion au jour le jour.

 


 

LES SECS :

 

Tirecul la gravière – Mademoiselle 2007 :

Muscadelle 100% cuve.

Notes minérales et muscatées (abricot, rose).

Gourmandise, fraicheur, amertume en fin de bouche.
 


Tirecul la gravière – Mademoiselle 2008 :

Beaucoup de fruits frais au nez, qui est d’ailleurs plus exubérant que le précédent.

Plus de volume et de présence que 2007. Fraicheur intacte, et l’on ressent toujours cette amertume en fin de bouche.


Tirecul la gravière – VDP du périgord – Blanc 2002 :

60% sémillon, 40% muscadelle.

Nez d’ananas confit, de résine de pin, de brioche et d’amande.
Profond, racé,  plein de complexité.

Gras, rond, plein de vivacité et de charme.

Un blanc racé, plein et tendu.





LES LIQUOREUX :

Tirecul la gravière – Monbazillac – Les Pins 2002 :

Robe or, ambre.

Notes confites au premier abord, puis on retrouve les notes de résine de pins. Légère nuance de grillé.

Riche, miellé et puissant. Final de fruits rôtis.

Comme sur les secs la fin de bouche est marquée par l’amertume.


Tirecul la gravière – Monbazillac – 2000 : 

Nez grillé, de sous-bois, ainsi que des aromes de bâton de réglisse et de l’écorce de mandarine. Un nez étoffé et complexe.

Liqueur présente dès l’attaque, vin riche et épanoui. Grande finale sur le cachou.


Tirecul la gravière – Monbazillac – 2003 : 

Nez caramélisé, de citron confit, de coco. Ces notes sont probablement dues au millésime.

Bouche confite, riche. Le vin tient son rend et ne sombre en aucun cas dans la lourdeur. Un virage rudement bien négocié.

Mis à part un nez un peu « chaud » rien d’ostentatoire.


Tirecul la gravière – Monbazillac – 2004 : 

On sent tout de suite un millésime plus frais : nez de fruits jaunes frais, et de cachou.
Très fin.

Belle fraicheur en attaque. Joli fruit net, pure et svelte.

Bouche séveuse et bien équilibrée.

Le plus frais de tous et pour moi le plus bel équilibre.




Tirecul la gravière – Monbazillac – Madame 2003 :

Nez marqué sous bois, orange confite. Sur la retenue.

Equilibre magistral, ratio sucre / sève / acidité parfaitement réalisé.

La fin de bouche est marquée par l’orange confite.


Tirecul la gravière – Monbazillac – Madame 2004 :

On retrouve l’élégance de 2004. Notes de fruits frais et confits (notamment le citron qui donne de la fraicheur). Très marqué agrumes.

Elégant, séveux et parfaitement équilibré.

Fin de bouche relevée par une finale fraichement acidulée.


Tirecul la gravière – Monbazillac – Madame 2001 :

Nez très épicé : clous de girofle, épices orientales. On retrouve les notes de citron confit et quelques nuances fumées.

Bouche épicées, très aromatique, équilibrée par une acidité intégrée.

Très belle longueur sur les épices.


Tirecul la gravière – Monbazillac – Madame 2005 :

Nez floral, fruits jaunes, énormément de fraicheur du aux notes d’agrumes;
Rien ne dépasse.

Bouche à la liqueur séveuse, accompagnée par une belle acidité pleine d’énergie.

Finale sur la mandarine confite.

Une grande bouteille en perspective.




Tirecul la gravière – Monbazillac – Madame 1999 :

Nez évolué de sous bois, d’agrumes confits, aves des nuances orientales.

Bouche, elle aussi, à l’identité orientale, pleines d’épices, de charme et d’élégance.

Belle salinité en finale !




Un grand merci à Eric pour cette magnifique dégustation qui nous fait entrer dans la légende des plus grands liquoreux du monde.

Sans aucun doute la cuvée madame à un supplément de race, d’élégance, et de classe. Sa richesse est énorme et peut permettre de l’attendre plusieurs années.

Si vous avez l’occasion de vous y arrêter, n’hésitez pas, vous en prendrez plein les yeux et plein les papilles !

 

Publié dans Vins de france

Commenter cet article