A l'Eure d'être Bû: le compte rendu

Publié le par Loïck

  22 novembre 2008, Bû, eure et Loire

 

 

 

 

 

Agape, un Bordeaux sur le fruit

Domaine Agape - Damien Briard :

 

Jeune œnologue récemment installé en propre en 1ére côte. Nous commençons par 2 échantillons. Le premier est un sémillon pur. Le nez est très agrumes, la bouche portée par une belle acidité. Belle bouteille.

Le deuxième est un rosé de Malbec, dense et structuré.

 

Le rouge 2006 est sur le fruit abordable et tout en simplicité.

 


 

Deux talents bourrés d'humour et de sympathie: JP Padié et Helen Durand!


 

L'Octavin en Jura, reléve assurée!

 

Domaine de l’Octavin :

 

Encore deux jeunes vignerons installés en 2005.

4 vins en dégustation 2 blancs, 2 rouges, pas de jaloux !

 

On commence par négatif, un blanc de noir au nez de groseille et à la bouche ronde.

On continue par une parcelle en dessous de la mailloche et un assemblage chardonnay, savagnin, appelé reine de nuit. Nez mentholé et minéral. Bouche droite, affirmé. Le jura produit encore un très joli vin blanc !

 

Deux rouges suivent légers et homogènes, on voit bien quelques cochonnailles avec ça.

 

En plus les deux vignerons ont une gentillesse exacerbée qui fait plaisir à boire, non à voire.

 


Les loges de la folie, une gamme sans reproche

 


Domaine les loges de la folie :

 

Tout jeune domaine implanté à Montlouis depuis 2004.

Deux jeunes vignerons ambitieux et pointus qui présentent une gamme sans faille.

Les deux pétillants sont de bon niveau. Bulles fines, matière délicate, un supplément de race et de profondeur dans perle rare 2005.

 

Le premier chenin sec  - le chemin des loges 2007 - possède un fruité noble et une bouche fraiche et bien faite.

La nef des fous 2007 est plus marqué par la vivacité et la minéralité, un beau chenin en devenir.

 

Le demi-sec et le moelleux possèdent de beaux équilibres. Mention spéciale pour sucre d’ange qui embaume l’ananas rôti et dont la bouché possède une très belle liqueur.

 


Des chinons structurés qu'il faudra attendre


Domaine Pascal Lambert :

 

Première vendange pour le chinon blanc 2007 marqué par un nez mur et une bouche flatteuse.

 

La gamme de rouge est large et monte crescendo. Plus on monte en gamme plus les structures s’affirment (tradition, les perruches, Danaé et Marie). Il en résulte des chinons au fruit mur, basés sur des tanins « costauds » et de belles acidités. Les ensembles sont justes et vraiment intéressants. Il faudra les attendre car ils sont construits pour la garde (notamment Danaé et Marie). A suivre…

 

 


Jean-Philippe un amoureux de la terre qui aime partager



 Quelle gamme!

 

Domaine Jean-Philippe Padié :

 

Tout d’abord, je tiens à signaler que Jean-Philippe est un garçon attachant qui sous son large sourire cache un talent énorme! C’est un amoureux du vin, qui goûte bien et aime partager.

Il a pensé chaque cuvée et le retranscrit parfaitement.

 

Calice 2007 (son bojo à lui) un pur carignan, droit comme un i exprime des fruits noirs au nez, une bouche pleine de jus et de fruit, c’est gouleyant et ça me plait. Un vin paysan comme il aime à le dire.

Nous continuons avec Petit taureau 2005, le premier nez est sur la réduction, le reste est animé par les fruits frais et la minéralité. La bouche possède une acidité qui tend le vin et le rend tout en finesse. C’est délicat et soyeux. Un joli rouge au style personnel.

 

On monte en gamme avec ciel liquide 2005 qui dans un style semblable (un rouge du sud fin et frais) à un supplément de corps (plus de matière et plus velouté) et de profondeur et en fait un des grands du Roussillon.

 

Les blancs sont remarquables ! Le premier s’appelle fleur de cailloux 2007, et il porte bien son nom. Le nez est finement minéral, on sent bien qu’il a puisé toute sa personnalité dans les sols argilo-calcaire du Roussillon. La bouche est tendue, vive, minéral et magnifiquement ciselé, c’est du grand art. La finale laisse s’exprimer le « cailloux » et nous ravie.

 

Nous passons à Milouise 2007 qui va chercher dans les plus beaux coteaux l’expression racée de la roche mère.  Le « style » Padié est bien là : vin en dentelle aromatiquement  et en touché de bouche, qui n’oublie pas la puissance du grenache gris. Il est harmonieux et combine à merveille la matière à l’élégance. Un vrai travaille d’orfèvre, un vrai travail de vigneron de talent.

 

Jean-Philippe ne change rien!



Le birbet de giacomo, ma ma ma!

 

Domaine Giacomo Vico :

 

Un vigneron venu tout droit du piémont Italien, pas très loin d’alba.

On commence par un Roero Arneis 2007. Nez fruité et anisé. Une bouche qui possède gras et vivacité. Frais et agréable.

 

On enchaîne avec un Roero  DOCG 2006. Nez très subtil de fraise et de cerise, complété par de la réglisse. Bouche qui possède du volume et de la structure. Beau potentiel.

 

On termine avec un birbet. C’est un vin pétillant rouge, pendant du moscato d’asti.

Le nez un festival de fruits blancs et rouges. La bouche est légère, une sensation de jus de fruits et très rafraîchissante. C’est bon et peu alcoolisé, un miracle pour emballer les filles ;-)))


 

Alfredo Roca, des vins Argentins frais

 

Domaine Alfredo Rocca :

 

Un domaine en plaine de 114 hectares proche de la cordillère des andes.

On attaque avec un chardonnay 2006. Elevage cuve. Nez de fruits exotique. Bouche fraîche, simple, plaisante.

 

On continue avec une syrah 2005. 9 mois d’élevage en fûts. Nez typique de clou de girofle, de lard fumé et fruits noir. Lui aussi possède une belle fraîcheur.

 

On termine par le Malbec réserve 2005. 12 mois d’élevage en fûts. Nez de fruits noirs et de chocolat. Bouche mure, dense, aux tannins gras. Bien.

 

Style international mais frais et bien fait.

 


De beaux pinots présentés par un bourguignon tourné vers l’avenir !

 

Domaine Nicolas Rossignol :

 

Les vins sont présentés par Romain Pertuzot, bras droit de Nicolas. Un jeune qui a les pieds sur terre et curieux de découvrir ce qui se fait de bien dans le monde du vin, un mec bien quoi ! J’aurai bientôt l’occasion d’aller goûter sa propre production, vivement !

 

On commence par le bourgogne l’héritière 2006. Parcelle plantée en 1922 proche du château de Pommard. Nez animal, sur les fruits à noyaux, complexe et développé. Bouche à la belle concentration, tout ce qu’il y a de plus sérieux ! Un joli pinot pour commencer.

 

On continu avec Beaune 1er cru clos du roy 2006. Un Beaune flatteur, enrobé, qui charme et qui séduit.

 

On termine par un Volnay 1er cru chevret 2006. A l’ouverture le nez est marqué par l’élevage, puis laisse place à des notes très raffinées de framboise. La bouche est encore un fermée mais annonce un vin sérieux et fin. A revoir dans quelques temps pour un plaisir assuré.

 

Une confirmation pour un domaine que je connaissais déjà. L’avenir de la bourgogne.



 Amy Lillard parle avec passion de son vin



La gramiére c'est bon, tout simplement!

 

Domaine la Gramiére :

 

Que vous dire ? Que la gourmandise du vin produit par Amy Lillard n’a d’égal que le charme de sa créatrice ? Oui…heuuu soyons sérieux.

 

Premier millésime en 2005 pour la wine girl, élevage en cuve béton. Grosse majorité de grenache.

 

Un 2005 plus en retenu que le 2006, véritable bombe fruité. Un vin explosif au nez et en bouche qui sent bon les fruits noirs, le chocolat noir et les épices. De la matière, de l’accessibilité, aucune lourdeur. Du fruit, du jus et de jolis tanins. J’ai tout dit. La gramiére c’est bon et ça mérite le détour.



La dégustation se termine dans la joie et la bonne humeur

 

Domaine du Trapadis :

 

Attention talent !

Avant samedi je n’avais jamais goûté ce domaine. Ma dernière dégustation de vins de Rasteau doit être un gourt de mautens 2003 (meilleur à tartiner qu’à boire), qui m’avait peu enthousiasmé. J’avoue avoir était conquis par les vins de ce domaine. Et que vous dire d’Hélen Durand ? Que du bien : un personnage haut en couleur, au bagout et à l’humour dévastateur,  connaisseur pointu et exigeant de vins (notamment ceux du Languedoc), à la philosophie saine et maîtrisé du vin qu’il produit…c’est trop !

 

Le premier vin est un côtes du Rhône blanc 2007. Fruité et anisé au nez, il développe un joli gras en bouche. La vivacité et présent et rend l’équilibre parfait.

 

Nous commençons les rouges avec le tout simple VDP d’Orange 2007, 100% grenache. Nez franc et fruité. La bouche possède les mêmes qualités de fruit frais et de gourmandise. Ça se boit sans attendre !

 

Nous commençons la gamme des Rasteau avec le Rasteau tradition 2005. Le nez est animal avec quelques notes de fruits. La bouche est bien bâtie, demi corps et jolis tannins encore serrés. Ce qui étonne c’est la fraîcheur de ce grenache, qui a beaucoup de charme et de sérieux.

 

On continue avec un Rasteau Harys 2005, 100% syrah. Le nez se complet dans les fruits noirs et les épices. La bouche possède une fraîcheur remarquable, et est franchement soyeuse. Une Syrah du sud qui me laisse sur le cul !

 

Vient ensuite le Rasteau les Adrés 2004, 100% grenache. Le nez se livre peu mais on entrevoit de le minéralité et des notes d’orange. La bouche est dense, serrée, en retenue et en droiture. La fraîcheur en fin de bouche est incroyable. On entre dans une dimension de vins de talent. Bravo.
Les
Adrés 2005 sont dans le même registre mais encore plus serrés.

 

On passe au Rasteau VDN 2006. Il embaume l’olive noire et la mûre. La bouche combine parfaitement tannins / alcool / sucre / acidité. Un vin à recommander aux amateurs de Maury.

 

Nous terminons par le clou du spectacle. Un grenache vendange tardive les ponchonniéres 2005. Les raisins sont récoltés en Novembre à 4 hectos / hectare.

Nez mêlant pruneaux, cerise et olive noire. Bouche splendide, le sucre est magistralement balancé par l’acidité, le tout rehaussé par une concentration maîtrisée. La fin de bouche laisse parlé l’acidité (oui l’acidité) qui rafraîchit le palais et appelle le 2e verre. GRAND VIN, SOMP – TU – EUX.

 

Hélen, bravo et merci...a bientôt à Rasteau.



Jean-Philippe Padié et les Adrhés du Trapadis toute une histoire !



On termine par la fine de Barral



Et voilà le travail!

 

Une journée idyllique ponctuée de bons vins, de grands vins, de vignerons sympas, d'éclats de rire, de rencontres, de dégustations instantanées et spontanées, de partage...beaucoup de plaisir et beaucoup de souvenirs. Bravo aux vignerons pour le bonheur qu'ils nous apportés.

Merci Jean-Philippe, merci Fred, merci Jean-François, merci Amy, merci Franck, merci Sébastien, merci Helen, merci Romain, merci Damien, merci Charles, merci Emmanuel, merci Laetitia, merci Sarah, merci Giacomo, merci Else...

Merci Bû, merci Laurent et Sylvia! 

Pour voir d'autres photos (elles sont superbes) cliquez ICI.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Baraou 26/11/2008 17:52

Merci Loïck, merci Laëtitia, merci aux vignerons, aux reporters, au couple baby-sitter (Manuella la normande et Juan l'international), merci à ma femme, Reine Sylvia !
Lolo 1er, Roi de Bû !!