Petite dégustation entre amis

Publié le par Loïck



Ce n’est pas commun de déguster dans un hangar ? Non, pas que nous ayons dégusté des vins de garage, mais nous n'avons peur de rien. Que du bon, du très bon dans des registres différents.




On commence fort avec la cuvée
« les rachais » de Raymond Boulard. Mon amour des blancs de blancs m’a souvent conduit à vouloir déguster ce vin, sans jamais passer le pas !

La robe est paille à reflets verts.

Le nez se fait discret au début. Puis s’ouvre peu à peu sur des notes d’amande fraîche et de fruits secs et de fruits murs. C’est classe, c’est fin.

Le touché de bouche est délicat, le champagne presque fragile et d’une grande fraîcheur.

C’est tout en longueur, et le dosage est divin.

Un grand champagne de chardonnay, bravo !





Nous partons ensuite sur un blanc à l’aveugle.

Robe jaune citron.
Le nez est basé sur 2 aromes principaux : le citron mur et les hydrocarbures. Je dis « alsace », presque…

La bouche posséde une acidité racé, intégré à une matiére cristalline. La pureté est omniprésente. C’est très joli.
C’est un riesling Dr Bürklin-Wolf 1999 Ruppertsberger Hoheburg. Un grand vin!





Nous enchaînons ensuite avec le premier rouge. C’est un
Trevallon 2001.

La robe est dense, encore très jeune.

Le nez est classieux : truffe (caractéristique de ce cru), olive noire, garrigue et fruits rouges très murs. Ca fait saliver.

La bouche est raffinée, les tanins soyeux et de qualité. La bouche est net, sans bavure. Belle longueur sur la truffe.

Très beau vin !




Nous continuons par un voisin provençal, le
clos milan 2004.

Robe beaucoup plus claire que la précédente, sans doute du à la grande proportion de Grenache (80%, complété par de la Syrah).

Nez un peu en désordre, qui mérite du temps pour s’affiner. Fruits rouges et blancs (et oui) à l’aération ainsi que des notes de garrigue.

Bouche fraîche, fluide, à la profondeur et aux tannins affirmés. De la fougue et du fruit.

Très beau baux, à attendre.

 

C’est assez rare pour le souligner, mais ce soir tous les vins étaient de haute volée.

Commenter cet article

Baraou 16/10/2008 23:44

Fabrice "correcteur orthographique bilingue" a l'oeil ! C'est la preuve qu'il lit d'autres blogs que le sien...Aller, un peu de Noguès 2005 et tout ira mieux.Quant aux Rachais de Boulard, c'est sublime.

Bernard 13/10/2008 23:50

Tu sais Fabrice, il y a une case "Contact" avec une adresse mail pour éventuellement dire à celui qui a écrit qu'il y a une faute d'orthographe. En toute discretion et hop. Maintenant, tu réagis plus sur la forme que sur le fond du post de Loïck, c'est ce que je constate. C'est dommage.Loïck, quelle chance d'avoir dégusté ces Rachais ! Ce devait être divin en effet.

Fabrice (VINSURVIN) 13/10/2008 17:46

Cher Bernard, Je n'ai nullement l'intention de polémiquer, surtout sur le site d'un amateur de vin, par ailleurs très intéressant.Après, que tu veuilles rajouter de l'huile sur le feu ("on reconnaît bien là ton style"...), je te laisse la responsabilité de tes propos, on ne peut pas plaire à tout le monde.Quant au "melon", je te répondrai, non sans un certain humour (tu connais mon style...) : vieux cépage bourguignon très répandu en Loire Atlantique, notamment pour faire du muscadet.Cordialement,  

Bernard 12/10/2008 23:20

Ca vaut le coup de venir laisser un super commentaire Fabrice ! On reconnait bien là ton style. Vivement le 1.000.000 ème visiteur sur ton site, que tu prennes un peu plus le melon !

Fabrice (VINSURVIN) 12/10/2008 20:13

"Pas que nous ayons dégusté" et non pas "pas qui nous aillons déguster".