Qui, à Bû, a bu? Le Compte rendu...

Publié le par Loïck

Le rendez vous était pris  pour le samedi 19 avril à Bû (pour un caviste c’est quand même le comble d’habiter à Bû…). Nous arrivons à 12h30 à la salle des fêtes de Bû ou sont présents 11 vignerons. La salle est bien remplie et Laurent Baraou en pleine discussion).

Sans plus tarder (et après avoir pris nos verres Mikasa) nous commençons par les blancs (nous avons d’abord dégusté l’intégralité des blancs sec puis la plus grande partie des rouges).
 

Joli nom qui n’est pas sans rappeler un domaine du Roussillon…

Il présente trois cuvées uniquement de blanc.

Nous commençons par une cuvée de St Véran « Innoncence sauvage 2006». Le vin le plus léger dans son expression. Robe pale, Nez floral et finement fruité, bouche légère et apéritive. Vin très agréable et de grande fraicheur. 11.90€

Nous continuons sur la première des deux cuvées de Pouilly Fuissé : « Ceps Eternels 2006 ». Cuvée élevée en cuve inox. Nez minéral et noisetté. Bouche vive, minéral et de belle tension. Un vin épuré, une belle réussite. 15€

Nous terminons par l’autre cuvée de Pouilly Fuissé : « Excellence antique 2005 ».

Nez plus puissant que le précédent du à l’élevage en barrique. La bouche est encore marqué par l’élevage et possède moins de pureté que le précédent mais plus de gras. Attendre que le boisé se fonde car à ce stade il impact trop le vin. 16.5€

Belle découverte que ce domaine au rapport Q/P intéressant. La cuvée à ce stade qui m’a le plus plu et Ceps Eternels 2006 pour sa pureté.



Nous n’avons dégusté que 3 vins car nous étions trop fatigué à la fin pour déguster les moelleux.

Nous commençons par le seul sec tranquille présenté.

Le vouvray « Le Mont » sec 2006 (parcelle de 8 hectares d’argile verte et de silice) est encore un bébé. Cela ce ressent au nez avec un vin peu expressif laissant s’échapper majoritairement des notes de miel. La bouche est tranchante et laisse s’exprimer la minéralité du terroir. Le est « dépouillé » et je suis conquis par son côté pur et cristallin. 13.90€

Nous passons ensuite à la version demi-sec de la cuvée « le Mont » 2006.

Le vin est très minéral au nez. On perçoit aussi de fines notes de fleurs.

La bouche possède un léger moelleux qui est rehaussait en finale pour une superbe acidité qui donne au vin une grande énergie. 16.20€

Nous terminons par une autre cuvée demi-sec « Le Clos du Bourg » 2001.

L’évolution est perceptible à la robe (dorée/ambrée) et au nez (notes de fruits confits et de miel). « Le Clos du Bourg » est beaucoup moins vif que « le Mont » et on ne retrouve pas l’énergie du précédent. Dommage. 18.40€

Et puis c’est tout pour Huet, mon palais fatigué ne m’a pas permis de déguster les moelleux.

A noter que le domaine est converti entièrement à la biodynamie depuis 1991. J’ai d’ailleurs lu le livret donné par le domaine à ce sujet. Sans rentrer dans les détails, certaines conceptions sont « étranges ». Cela n’en reste pas moins intéressant.
 

 

Nous avons un bon (en temps et en plaisir) à discuter avec Daniel-Etienne Defaix. Personnage attachant, véritable amoureux du vin il n’est pas avare de parole et adore parler de ses vins et du vin en général.

La dégustation commence par un Chablis VV 2004. Le nez est fortement brioché. La bouche possède une acidité maitrisée accompagné d’une belle rondeur. Un vin facile, voire très gourmand. 6.80 € la demi-bouteille.

Nous attaquons les premiers crus. Nous commençons par le plus strict des deux, le 1er cru le Lys 2000. Le nez est très puissant et marqué par une forte minéralité. La bouche est tendue, droite et d’une grande rigueur. Belle bouteille. 23€.

Vient ensuite le 1er cru le Vaillon 2000. Ce chablis est quasiment opposé au précédent. Il est épanoui (notes de fruits murs, de sous-bois), la bouche est soyeuse et très accessible. Un vin très charmeur. 23€
 


Il faut le dire Thierry Germain est super sympa ! Nous avons discuté une bonne demi-heure avec lui et ce fut un vrai plaisir et un vrai partage. Il nous a notamment expliqué comment il avait reconstitué un écosystème autour de son vignoble, et comment il a changé le style de ses vins. Il voulait créer une rupture dans le style et parvenir à faire des vins moins extraits, plus fin et plus en longueur. Une grosse remise en cause, jamais facile quand la réussite est là !

Nous commençons par l’unique cuvée de blanc l’Insolite 2007. Un nez expressif de fruit frais et de poire. La bouche est élancée et vive. Joli chenin. 15€.

Arrive la série des rouges, avec pour commencer le domaine 2007. Robe intense et lumineuse. Nez sur le chocolat noir et les fruits noirs. Bouche en longueur et en légèreté. Jolie entrée de gamme.

Puis 2 millésimes de la cuvée Terres Chaudes. D’abord le 2007 à la robe noire au nez puissant et à la structure solide.  Puis le 2006, structuré, élancé aux tanins mur et affirmé et à la finale pleine de fraicheur. Sans aucun un vin complet au futur prometteur.

Domaine que je ne connaissais pas, mais que je ne suis pas prêt de perdre de vue tant les vins et le personnage m’ont plu.
 

Thierry Germain toujours souriant


Le « pote » de Thierry Germain, comme il le dit lui-même. Julien Zernott présente l’ensemble de sa gamme. C’est un homme simple, souriant et fort sympathique. Nous avons aussi longuement discuté sur le Languedoc et le style de ses vins.

La dégustation commence avec le coteaux du Languedoc Ze RoZé 2007. Robe très claire aux reflets framboise (rosé de pressurage auquel Julien Zernott a du ajouter du rouge pour le coloré et faire en sorte qu’il passe l’agrément). Nez gourmand à souhait (fraise des bois et framboise). Bouche fluide balançant entre une acidité toute en rondeur et une trame aromatique aérienne. Une vraie gourmandise que ce rosé. Magnifique. 8€.

Ensuite le blanc 2006. Vin que je connais bien et qui n’est pas une surprise. Le nez peu intense (caractéristique de ce vin) dégage des nuances de fruits blancs et minérales.

La bouche est toujours aussi belle avec un coté septentrional très marqué. Bref une valeur sure. 17€.

Les petits pas 2006 (coteaux du Languedoc). Robe translucide, nez épicé, bouche légère, gourmande et désaltérante. 8€

Vient ensuite le coteaux du Languedoc les Clapas 2005.  Vin tout en délicatesse aux tanins enrobés à la matière mure, fine, et agréable. J’adore. 12€.

Pour terminer la grande cuvée. Le grand pas 2005 (lui aussi en CDL). Ce vin est un modèle d’équilibre et de sérieux. Le nez à une pointe de volatile, le registre ensuite est un fruité mur et distingué.  La bouche possède une belle concentration contre balancée par une fraicheur omniprésente. Très belle bouteille. 17€.

Vigneron très sympathique à l’avenir prometteur.

 

Julien Zernott, un vigneron taillé rugbyman!

Voire article ICI


CHATEAU NOGUES & CHATEAU FLAUJAC :


Dominique Bertram est un personnage sympathique (nous avons encore une fois discuté longuement, notamment sur les OGM et de l’appellation bordeaux supérieur de laquelle il veut sortir). Il fait du vin en toute franchise et sans artifice. Sa gamme est homogène et le rapport Q/P au top !

Nous commençons par la dégustation du bordeaux Château Flaujac 2003. Robe noire, nez envoutant de fruits noirs. La bouche est ronde, bien mure (sans aucune lourdeur) avec de jolis tannins. 5.6€ !! Que demander de plus ?

Nous continuons sur la cuvée Château Noguès 2002. Vin plus frais, matière moins dense. Le vin est tout aussi sérieux et la matière bien équilibré.

Nous finissons avec la cuvée OR 2003 du Château Noguès. Le vin est très complet, la structure veloutée et la trame aromatique présente. Les tannins sont mure et n’écrase pas le vin. Il se termine comme il a commencé, sur une matière veloutée. Très belle bouteille, surtout pour le prix. 9€.

Belle découverte que ce domaine de bordeaux. Je suis curieux de regouter chez moi bien carafé et accompagné d’une belle côte de bœuf.

 

Dominique Bertram et Laetitia en pleine discussion


Salon aéré, à la température fraiche (agréable pour déguster) et aux vignerons disponible et accessible. UN GRAND MERCI à Laurent Baraou pour l’organisation  de ce salon qui m’a permis de faire de belles découvertes et de belles rencontres.

 

 !NON AUX OGM!

Commenter cet article

Baraou 22/04/2008 15:35

Un grand merci à toi et aux autres visiteurs-clients-reporters ainsi qu'aux vignerons-fournisseurs-partenaires ; la prochaine fois je te fais un e.mail spécial pour que tu ne rates pas le dîner de clôture...NON AUX OGM